Élisabeth Freund-Cazaubon - Artiste des couleurs

Le passage est étroit,

L’orage gronde au loin,

Dans cet air triste et froid,

Je chéris mes besoins.

Mes pas tanguent,

Et je chois,

Accrochée à ce bois,

Je reste là exsangue.

Ici, le vent s’engouffre,

Là, s’imprègnent les embruns,

Sur mon visage qui souffre,

J’imagine le parfum.

Tonka, Patchouli, épices, Benjoin…

Essences chaudes et douces.

Pour recoller mon coeur,

Pour extirper la souche,

Les racines de mes peurs.

Lalibela, Polonnaruwa, Sapta Puri ou mythe de Cibola.

Je rejoins toutes les cités sacrées.

Et dans mon imaginaire secret.

Le voyage est entier.

Vert d’eau,

Pieds nus ensablés.

Je frissonne.

Larmes des vagues.

Ecume blanche.

Je pardonne. »

Elisabeth Freund

Laisser un commentaire

Fermer le menu
×

Panier